Tel: +33 (0)6. 72. 71. 58. 88. | Mail: contact@svpf.fr


Recherche avancée

Tome 93 - Numéro 4

Editorial


Cette quatrième et dernière séance de l’année 2009 de la Société vétérinaire pratique de France est consacrée à la nutrition des petits carnivores.
D’éminents confrères, férus depuis fort longtemps de nutrition animale, nous font l’honneur et le plaisir de partager leurs réflexions sur des sujets d’actualité et leurs connaissances pratiques. Ils participent d’ailleurs tous au Groupe d’étude de diététique (GED), de l’Association française des vétérinaires pour animaux de compagnie (AFVAC), qui s’est donné pour objectif depuis sa création en
1995 « la promotion du vétérinaire praticien et de son équipe soignante dans le domaine de la diététique animale et de la nutrition clinique ».
Pour ce qui est de la nutrition clinique, trois conférences y sont consacrées dans cette séance. Tout d’abord le traitement nutritionnel de l’insuffisance rénale chronique (IRC) du chat par notre consoeur Géraldine Blanchard. De gros progrès en recherche en nutrition permettent aujourd’hui de prolonger la vie des chats atteints d’IRC et de leur offrir aussi une qualité de vie convenable, ce qui est un service rendu extrêmement important pour leurs propriétaires.
Le traitement de l’obésité intéressera de très nombreux confrères praticiens en canine en raison tout simplement du taux d’incidence d’obésité ou de surpoids dans les populations canines et félines : les diverses études publiées montrent un taux qui oscille entre 25 à 35 %. Une approche globale de réduction de poids est tout à fait possible et notre confrère Christophe Blanckaert propose des pistes très pratiques.
La croissance est une période très sensible de la vie des chiots et de nombreux possesseurs tentent fréquemment de « bricoler » eux-mêmes la ration de leurs animaux pour qu’ils grandissent vite et mieux. Hélas, c’est trop souvent le contraire qui se produit avec notamment l’apparition de troubles ostéo-articulaires importants et handicapants. Notre confrère Maxime Coquet nous livre ses pistes pour combattre les idées reçues concernant la croissance des chiots et éviter les erreurs.
A l’heure où de nombreux possesseurs souhaitent cuisiner eux-mêmes la ration de leur animal, notre consoeur Géraldine Blanchard, grande spécialiste des rations dites ménagères, nous entretient d’exemples pratiques de rationnements qui seront utiles aux praticiens pour répondre aux attentes de certains de leurs clients.
Ces quatre conférences permettent de faire un point à date sur des affections quasi-quotidiennes de l’exercice vétérinaire libéral canin, et très certainement de donner envie d’en savoir plus afin de mieux gérer les approches nutritionnelles de nombreuses affections. Sans oublier que les propriétaires d’animaux médicalisés attendent de plus en plus ce service de la part des vétérinaires.


Marc Veilly
Vice-président de la Société vétérinaire pratique de France

Articles dans la rubrique :

  • décembre 2009
    L’alimentation d’un chat atteint d’insuffisance rénale chronique (IRC) doit être adaptée pour améliorer le confort et l’espérance de vie de l’animal. Les adaptations nutritionnelles incluent la couverture du besoin énergtique et protéique, une restriction en phosphore avec un ratio phosphocalcique proche (...)
  • décembre 2009
    Maladie à part entière, l’obésité est une affection multifactorielle rencontrée chez plus d’un tiers des chiens. Pour être couronné de succès, le traitement de l’animal en surpoids réclame une approche globale et pluridisciplinaire. En premier lieu, un examen clinique attentif, couplé à des examens (...)
  • décembre 2009
    Pendant la croissance du chiot, les risques nutritionnels/pathologiques sont dominés par les risques d’excès : surnutrition et vitesse de croissance excessive, complémentation minérale ou vitaminique inadéquate ou anarchique… Les déséquilibres, notamment protéines/énergie, énergie/minéraux ou entre (...)
  • décembre 2009
    Une ration ménagère est parfois demandée par certains propriétaires et reste parfois la seule solution pour des animaux qui refusent de consommer tout aliment industriel, alors que leur situation physiopathologique nécessite une ration adaptée. Plutôt que d’en avoir peur, il est certainement préférable (...)

Restez informé...

Entrez votre e-mail :

News Letter

Pour se désinscrire : Cliquez ici