Tel: +33 (0)6. 72. 71. 58. 88. | Mail: contact@svpf.fr


Recherche avancée

Numéro 2 (Spécial) - PP 27 - 30

Les principes de l’examen échographique, l’appareillage nécessaire et l’obtention d’images de qualité en médecine bovine.

Vous n'êtes pas abonné au site.
Veuillez vous inscrire pour pouvoir lire les articles en entier.

L’examen échographique a pris un essor considérable en médecine bovine et dépasse maintenant largement le simple examen de l’appareil reproducteur [1, 3]. Le principe de l’échographie repose principalement sur l’émission d’ultrasons à partir d’un émetteur, puis la réception de ces mêmes ultrasons, après que ces derniers ont pénétré, puis ont été réfléchis à l’issue de leur passage dans des milieux donnés (tissus à examiner). A partir des ultrasons réceptionnés, l’appareil échographique va générer une image en noir et blanc qui va permettre de représenter plus ou moins fidèlement les tissus ou milieux acoustiques traversés. Les ondes acoustiques utilisées dans les sondes échographiques varient généralement de 2 à 12 MHz. Chaque tissu du corps a une impédance qui lui est propre. L’impédance est le paramètre qui définit la capacité du tissu à laisser passer une partie du faisceau d’ultrasons. L’air a une impédance faible, c’est-à-dire qu’il réfléchit tous les ultrasons. L’os a une impédance élevée car il réfléchit et absorbe tous les ultrasons. Les tissus mous (graisse, sang, muscle...) ont une impédance moyenne et ne réfléchissent qu’une faible portion du faisceau d’ultrasons. Ces derniers laissent donc passer une grande quantité d’ultrasons en profondeur, ce qui permet leur diffusion dans les tissus situés en profondeur.



Article modifié Février 2011

Restez informé...

Entrez votre e-mail :

News Letter

Pour se désinscrire : Cliquez ici