Tel: +33 (0)6. 72. 71. 58. 88. | Mail: contact@svpf.fr


Recherche avancée

Allocution du Président sortant Jean-Paul DEMONCHEAUX

Chers adhérents de la Société vétérinaire pratique de France,

Chers amis, 

Nous voici réunis pour cette séance durant laquelle, après un an de présidence de la Société et conformément aux Statuts de notre association, je transmets le flambeau à notre vice-Président, en l’occurrence notre confrère François Reymann. Avant cela, il m’a paru nécessaire de tirer un bilan de l’année passée.

Cette année d’exercice 2016 est à mon sens riche d’enseignements pour la SVPF

Tout d’abord, des enseignements positifs :

  1. Le thème 2016, continuité de celui de 2015, a permis d’obtenir une vision de la place du vétérinaire en santé publique, vision non restreinte au seul prisme de la profession. Des réflexions se sont dégagées des différentes séances notamment sur la nécessaire évolution des connaissances acquises en formation initiale, sur la valorisation de certaines compétences, sur l’acquisition de nouveaux savoirs ou encore sur notre légitimité à occuper des fonctions jusqu’ici sous-estimées.
  2. Une fois de plus, 4 séances ont été organisées en 2016, dont une à l’Ecole nationale des services vétérinaires de Marcy-L’étoile ainsi que les Rencontres de SPV du Val-de-Grâce du 23 novembre dernier, point d’orgue de l’année.
  3. Le succès a été au RDV lorsque l’on regarde la diversité des intervenants, la qualité des propos tenus ou les échanges constructifs avec l’auditoire.

En revanche, les enseignements de cet exercice 2016 ne sont pas que positifs, loin de là. Ils reposent aussi sur des constats de faiblesses voire d’inquiétudes pour l’avenir de la « Pratique » :

  1. Notre société scientifique souffre d’un manque d’adhérents, ce qui, en l’absence de financements extérieurs, ne permet pas d’équilibrer les dépenses de fonctionnement. Et nous oblige à prélever année après année les capitaux historiques de notre association ;
  2. Notre société scientifique souffre d’une diminution de l’auditoire présent à chaque séance, en nombre et en diversité, et par conséquent en qualité. Ce qui réduit fortement notre crédibilité aux yeux des intervenants, et ne nourrit plus suffisamment les débats et donc la réflexion ;
  3. Notre société scientifique souffre d’un manque de visibilité notamment au travers de son site internet. Les travaux de lifting du site ont fort heureusement été initiés. Un projet a été proposé par le prestataire retenu par le bureau. Ce travail se poursuit mais bien évidemment, n’a pas abouti aussi vite qu’escompté car il ne repose que sur quelques bonnes volontés ;
  4. Notre société scientifique souffre d’un manque d’implication de l’ensemble d’entre nous, pris par nos obligations professionnelles ou personnelles, ce qui in fine se traduit pour le bureau par un véritable parcours du combattant pour trouver des intervenants et organiser les séances, ce qui nous a, par exemple, contraint de réduire le nombre de communications par séance ;
  5. Notre société scientifique souffre d’un manque de réaction, même lorsqu’il s’agit simplement recueillir les avis des adhérents lorsque se posent des questions majeures sur l’avenir de cette société. Je prends, à titre d’exemple, la proposition de fusion transmise par notre partenaire, le RSPV, proposition retransmise par écrit à l’ensemble des membres actifs de la Société et qui n’a suscité que très peu de réactions ou d’avis, ne nous permettant pas d’apporter une réponse claire à notre partenaire.

Ces difficultés ne font que confirmer ce que nous ressentions depuis plusieurs mandats. Elles doivent nous amener à changer de portage dans la conduite de nos activités. Je reste persuadé que les statuts de l’association et son mode d’organisation doivent être modernisés. La nouvelle organisation annuelle, validée lors de la dernière réunion du bureau, vous a (ou sera) été présentée ce jour. J’espère qu’elle donnera des résultats prometteurs et sera le premier pas d’une réelle transformation de la SPVF pour s’adapter et non pas péricliter.

Premier pas, parce que je pense que nous devons être ambitieux. En effet, en ces temps de montée de l’individualisme au détriment de l’associatif et du collectif, je reste persuadé que l’union fait la force et qu’elle est notre seule porte de sortie, pour ne pas dire de survie. Plusieurs associations dont la SVPF et le RSPV œuvrent pour la promotion de la santé publique vétérinaire. A mon sens, la création d’une structure issue d’un regroupement de ces partenaires, que l’on pourrait appeler la Société française de santé publique vétérinaire, aurait toute sa place dans la communauté scientifique.

Avant de conclure, je tiens à remercier l’ensemble des membres du Bureau pour le travail accompli tout au long de cette année et leur implication en ces temps difficiles pour notre Société.

Je voudrais également vous remercier, chers adhérents, de la confiance que vous m’avez accordée et je vous assure de ma disponibilité pour vous aider à poursuivre les travaux de transformation et d’adaptation de notre grande association.

Il est temps de laisser la parole à notre nouveau Président, le Docteur François Reymann.

Je vous remercie de votre attention.


Restez informé...

Entrez votre e-mail :

News Letter

Pour se désinscrire : Cliquez ici